Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A télécharger !

Flash Info...

 

 

  Maison de la

Sécurité routière

à

 LORMONT

 

 

  MSR pour blog

 

 

Composition1 

Agenda de M. Moto 33

7 juillet 2013 7 07 /07 /juillet /2013 13:57
Stationnement illusoire pour motos

Il y a des fois où réfléchir serait une nécessité...

Stationnement pour "Pocket-bike" ?

Se garer, là, devient un coup de poker si une autre voiture à l'idée de stationner aussi.

Rassurer-vous, vous aurez tout le loisir de regarder passer les bateaux en attendant que l'une ou l'autre des voitures ne décide d'aller ailleurs...

Partager cet article

Repost0
27 juin 2013 4 27 /06 /juin /2013 20:25

 

Demain vendredi 28 juin et samedi 29 juin, la Maison de la Sécurité routière sera partenaire de l'opération SUZUKI. Elle sensibilisera les participants au port des équipements de protection individuelle (EPI) pour la conduite des 2RM.

 

Venez nous voir sur la Place des Quinconces à Bordeaux (10h-19h) et essayer des engins !

 

Pour plus de renseignements:

 

http://www.suzuki-moto.com/evenements-suzuki/suzuki-scooter-safety-tour

Partager cet article

Repost0
12 mars 2013 2 12 /03 /mars /2013 12:08

 

Chaque année le succés de cette journée est grandissant...

 

Faîtes connaitre cet évènement autour de vous et venez en profiter ! !

 

Pour voir le plan: cliquez ici 

 

 

 

 

affiche moto 2 001 

 

Partager cet article

Repost0
8 février 2013 5 08 /02 /février /2013 08:25

 

Plus vous roulez vite,

plus les conséquences sont irréversibles

 

 

La Sécurité routière lance samedi 9 février une nouvelle campagne pour sensibiliser les usagers de la route aux conséquences dramatiques de la conduite à une vitesse excessive ou inadaptée. Sept spots diffusés à la radio expliquent à travers des scenarii concrets comment on met en danger sa vie et celle des autres en conduisant trop vite. Sur Internet, des bannières renvoient au message de la campagne : « Plus vous roulez vite, plus les conséquences sont irréversibles ».

La vitesse, cause majeure de mortalité routière

Une vitesse excessive ou inadaptée augmente le risque d'accident ainsi que la gravité des blessures occasionnées. En 2012, le facteur vitesse est la cause principale de plus de 26%  (1) des accidents mortels. C'est une cause majeure de mortalité sur la route, comme l'abus d'alcool.

En France, la vitesse moyenne des usagers de la route a baissé de 10 km/h en dix ans. Pour autant, 28% des conducteurs reconnaissent dépasser les limitations de vitesse quand ils sont sur une route où ils se sentent en confiance ou quand ils sont pressés (2).         

La vitesse ne se limite pas à la lecture d'un panneau d'interdiction. Elle doit être modulée en fonction de multiples facteurs : l'état de la route, celle du véhicule, la densité du trafic, les conditions climatiques sans oublier bien sûr les conditions physiques du conducteur.

 

Le risque majeur d'une vitesse excessive : les lésions de décélération

« Plus on roule vite, plus un choc est violent et plus les conséquences sont irréversibles. Dans une collision, les blessures résultent d'un transfert d'énergie à l'intérieur du corps humain. Les organes internes (vessie, rate, reins, estomac...) continuent de se déplacer sous l'effet de leur propre énergie cinétique.

 

Lorsqu'un organe heurte la paroi abdominale ou la cage thoracique, il y a risque d'hématome ou d'éclatement. Ces lésions de décélération affectent aussi le réseau de liaison des organes (artères, veines, nerfs...) entraînant des hémorragies internes.

 

Dans un choc, le cerveau est particulièrement exposé puisque le tissu cérébral peut heurter la boîte crânienne, ce qui provoque des traumatismes crâniens. Le premier signe est la perte de connaissance. Les conséquences à court et à long termes peuvent être à l'origine de handicaps sévères.

La gravité des lésions est d'autant plus importante que la vitesse est élevée.

À l'intérieur d'une voiture, un choc frontal au-dessus de 80 km/h entraîne quasi inévitablement la mort ou des séquelles irréversibles pour tout passager, même ceinturé ».

 

Dr Sophie Fégueux, conseillère technique Santé du délégué interministériel à la sécurité routière.

                 

Les usagers vulnérables sont les plus menacés

Dans un accident, il est physiquement impossible de retenir ce qui n'est pas attaché à l'intérieur d'un véhicule, à commencer par les enfants. Dans une collision à 50 km/h, le poids d'un enfant est multiplié par 20. Un bébé de 5 kilos en pèsera 100 en une demi-seconde (3).         

            (1) Chiffres provisoires sur le bilan de la mortalité routière par les forces de l'ordre

            (2) Baromètre Ifop « Les Français et la sécurité routière » octobre 2012

            (3) Fédération internationale de l'automobile, 2004.         

 

Un choc avec un piéton à plus de 60 km/h est presque toujours mortel

 

Les distances d'arrêt augmentent considérablement
en cas de vitesse excessive

 

 

 

 

Plus vous roulez vite plus le champ visuel se rétrécit

 

 

 

La vitesse, ce n'est pas toujours ce que vous croyez

 

Les limitations de vitesse ne sont pas choisies au hasard

Les limitations de vitesse à un endroit donné ne sont pas fixées au hasard.

La vitesse maximale autorisée dépend du type de route (autoroute, route à deux chaussées séparées par un terre-plein central, routes nationale et départementale, réseau urbain) et des conditions de circulation (intempéries, travaux...).

Ces limitations de vitesse sont établies en fonction de lois physiques (distance d'arrêt, vitesse et énergie dégagée par les chocs...) et des limites physiologiques de l'être humain (perception visuelle d'un obstacle, temps de réaction incompressible d'au moins une seconde, résistance aux chocs...). Au-delà de ces limites, les usagers de la route se mettent en danger.

 

La fatigue n'est pas le fait d'une vitesse modérée

Contrairement à une idée reçue, ce ne sont pas les vitesses modérées qui provoquent l'endormissement par ennui, mais une conduite rapide.

Une vitesse plus élevée que celle autorisée oblige le conducteur à traiter un grand nombre d'informations en un minimum de temps. Sa vision doit s'adapter en permanence, ce qui génère un stress important entraînant fatigue et perte de vigilance, deux facteurs majeurs d'accident.

 

 

Rouler vite ne fait pas gagner du temps sur son parcours

 

 

 

 

 

Sept scenarii à la radio pour convaincre ceux qui roulent trop vite

 

À partir du samedi 9 février et jusqu'au 26 février 2013, sept spots seront diffusés sur RTL, RTL2, FUN, NRJ, CHÉRIE FM, NOSTALGIE, RIRE ET CHANSONS, RMC et sur 150 radios locales. Ces messages sont conçus pour être diffusés à une heure précise afin de toucher au plus près l'auditeur en situation de conduite : à 9 heures, c'est un automobiliste qui dépasse les 50 km/h en ville pour être exact à son rendez-vous. À 18 heures, c'est une jeune femme qui accélère pour aller chercher son enfant à l'école, et à 23 heures, c'est un automobiliste qui appuie sur le champignon parce que l'autoroute lui semble toute à lui. Tous ces scenarii se terminent par un drame ponctué par cette phrase « Plus vous roulez vite, plus les conséquences sont irréversibles ». Ils rendent tous compte de situations réelles : l'excès de confiance, le désir d'arriver au plus vite à sa destination et la méconnaissance des lois physiques qui régissent l'arrêt d'un véhicule à une certaine vitesse.

Sur Internet, des bannières diffusées sur le site d'Orange et des Pages jaunes, ainsi que sur Facebook, illustrent le message de la Sécurité routière : « Plus vous roulez vite, plus les conséquences sont irréversibles ».

 

Retrouvez les sept spots radio et les bannières de la sécurité routière en cliquant sur les liens suivants :

http://www.securite-routiere.gouv.fr/medias-outils/campagnes/plus-vous-roulez-vite-plus-les-consequences-sont-irreversibles

 

 

Vitesse et conduite : les chiffres clés

Sur les 3 963 tués en 2011, plus de 1 000 personnes ont perdu la vie dans des accidents générés par une vitesse excessive ou inadaptée.

En 2012, les évaluations réalisées sur le lieu de l'accident par les forces de l'ordre révèlent que la vitesse excessive est la cause principale de 26% des accidents mortels.

En 2011, 14 622 (4) condamnations ont été prononcées par les tribunaux pour délit de grand excès de vitesse.

                    (4) Ministère de la Justice - Condamnations routières prononcées en 2011 (données provisoires)

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 21:32

 

 

                  En ce début d'année, il est important de prendre connaissance du bilan de la mortalité "deux-roues" motorisés sur le département de la Gironde. Les routes de notre département ont vu la perte de 94 vies dont 29% sont des 2RM

 

             Au cours de l'année, 27 usagers ont perdu la vie soit 28% de plus que 2011. Et par rapport à l'ensemble des tués sur les routes girondines, les usagers 2RM représentent à eux seuls quasiment 1/3 des décès avec 93% d'hommes.

 

La répartition par type de 2RM est la suivante:

 

- 8 cyclomoteurs (< 50 cm3) soit ~30%,

- 1 motocyclette légère (scoot 125 cm3) soit ~ 4%,

- 18 motocyclettes lourdes soit ~ 67%

 

               Pour chaque accident mortel, seule la cause principale a été retenue pour élaborer la répartition ci après:

 

- Alcool chez le conducteur du 2RM ( 7 ): 26%,

- Vitesse du 2RM ( 10 ) : 37%,

- Refus de priorité occasionné par l'usager 2RM (1) : 4%,

- Refus de priorité subi par l'usager 2RM (7): 26%,

- Autres (malaise, animal) (2): 7%

 

             D'après ces relevés, 67 % des causes sont à imputer à l'usager 2RM.

 

              En 2011, l'alcoolémie était de 43%, la vitesse de 29% et le refus de priorité subi par le 2RM de 10%.

             En 2012, la cause "alcool" a fortement diminué ( - 40% ) tandis  que la "vitesse" a fortement progressé (+ 27%).

 

             Par ailleurs, la cause "refus de priorité subi par le 2RM" qui a augmenté de 260%, mérite quelques interrogations.

 

- Comment se fait-il que ~1/4 des tués ait subi cette cause ? 

- Pour quelles raisons n'ont-ils pas été vus par le tiers ?

- Bien sûr que l'usager n'est pas responsable de cette cause mais qu'a-t-il fait pour l'éviter ?

 

            Ce sont autant de questions que chacun de nous doit se poser, bien avant l'accident...

 

              Bien sûr, tout ceci n'est que des pourcentages basés sur des petits nombres et en tirer des généralités serait totalement erroné. Malgré tout, ils ont le mérite de donner des indications et surtout des tendances girondines.

 

              En ce dernier jour de janvier, je formule le voeu de comptabiliser beaucoup moins de décès à 2RM en 2013 et voir baisser le poucentage de causes à imputer aux usagers deux-roues motorisés. Même si l'année porte le n° 13, nous devons conjurer le sort de ce chiffre porte-malheur. Tous ensemble, réunissons notre prudence et conservons le bonheur qu'ont nos familles de nous voir rentrer après chaque trajet !

 

              Bonne route à tous.

.

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
30 janvier 2013 3 30 /01 /janvier /2013 18:01
 
                            Bien que ce qui suit soit une affaire passée, il me paraît intéressant d'en évoquer son existence.
 
                           Depuis plusieurs années, le joint de chaussée situé sur la sortie "Gare St Jean" de la A 631 à Bordeaux ne cesse de s'user  (cliquer pour le situer !) ...  L'antenne de la FFMC 33, très attentive sur ce phénomène, avait alerter le CdM 2RM 33 (Chargé de mission deux-roues motorisés) sur le danger que représentait ce site.
 
                           Un premier contact avec le gestionnaire de cette voirie, la Communauté Urbaine de Bordeaux (CUB), avait permis un léger renforcement de la signalisation. Malgré tout, le phénomène de glissance, accentué les jours humides, occasionnait des chutes de 2RM. Lors de ces chutes, le conducteur et éventuellement son passager pouvaient à chaque instant aller terminer leur trajectoire dans les supports de glissières... Le contact avec la CUB a permis de se rendre à l'évidence, ce dispositif de glissières appelé "atténuateur de choc" ne pouvait absolument pas recevoir de glissières basses dites "écran motards".
 
                   Quand le sujet du changement de ce joint a été abordé, là encore, il a fallu comprendre que ce type de joint (M 200) ne se faisait plus (on peut comprendre pourquoi !...). La solution hyper-onéreuse était d'ôter ce joint, modifier toute la partie de l'infrastructure pour fixer un autre type de joint de chaussée. Des travaux pharaoniques et inconcevables !... D'autant que des grands projets d'aménagement de ce secteur urbain devraient modifier l'ensemble de cette zone dans les prochaines années. Il faut parfois être aussi raisonnable et trouver des solutions moins coûteuses.
 
                        Le CdM 2RM a donc proposé au service de la CUB de tenter une expérience en appliquant un film antidérapant; le même que celui qui avait été appliqué par les Autoroutes du Sud de la France sur le viaduc de la Dordogne sur l'A10. Cette expérience validée par le gestionnaire a été mis en place (voir photos). Malheureusement, la forte fréquentation de la circulation avec un joint de chaussée se trouvant en légère courbe a détruit le film antidérapant en quelques semaines. Il fallait tout de même tenter cette solution !...
Ne voulant pas rester sur un échec sachant que le risque de chutes était fort, le service gestionnaire et le CdM 2RM se sont lancer sur une réflexion, "in situ", en vue de procéder à une modification de la signalisation horizontale. En effet, le franchissement du joint se faisait sur 2 voies, ce qui augmentait le risque de blessures d'un 2RM en cas de chute. Il a donc été décidé de réduire ce franchissement de joint à une seule voie.
 
                   Ainsi, l'usager 2RM qui allait arriver sur la voie, pourrait adapter sa vitesse et "bloquer" et réguler celle des autres usagers qui le suivent. De plus, ce nouveau tracé aurait la faculté de conduire les 2RM sur le joint avec un angle nettement inférieur à celui de la situation précédente; et avec un risque de chute plus beaucoup faible. Et pour terminer, si chute il devait y avoir, la nouvelle courbe engendrée par la modification orienterait désormais la trajectoire des usagers ayant chutés vers la glissière en béton armé (située à gauche) avec un angle de percussion faible causant un minimum de blessures.
 
              Le projet a été mis sur plan, puis validé par la hiérarchie de la CUB. Au cours du premier semestre 2011, les travaux de modifications ont été réalisés. Dans la foulée, le CdM 2RM a donné l'information sur divers forums internet afin de recueillir l'avis des motards. Plusieurs mois se sont écoulés sans aucune observation. Le bilan fait avec la CUB en fin 2011 a permis de constater que le site subissait beaucoup moins de chocs et par conséquent moins de frais de réparations. Ceci laisse donc penser que, même si ce n'est peut-être pas l'idéal, nous nous en sommes rapprochés.
 
                 Aujourd'hui encore, le site doit être traversé avec prudence mais, nous le savons, les usagers 2RM savent être responsables quand il le faut !...
 
                 Bonne route à tous et prudence !
 
 
 
detail-joint-1.jpg
AVANT: 2 voies traversent le joint usé
(Photo CdM 2RM 33)
attenuateur.jpg 
 AVANT: l'atténuateur de choc "attend" ses victimes...
(Photo CdM 2RM 33)
 
 
detail-joint-2.jpg
1ère phase: Tentative de résolution de la glissance par la mise en place d'un revêtement anti-dérapant
(Photo CdM 2RM 33)
 
 
detail-joint-3.jpg
1ère phase: Le revêtement anti-dérapant ne peut être appliqué qu'en axe du joint de chaussée
(Photo CdM 2RM 33)
 
 
 
detail-joint-4.jpg 
1ère phase: Le revêtement antidérapant se détériore trop rapidement...
(Photo CdM 2RM 33)
 
 
 
projet.jpg
2ème phase: Etude d'un projet de modification de la signalisation horizontale
(Photo CdM 2RM 33)
 
 
 
Aerien-2013.JPG
2ème phase: Vue aérienne de la modification de la signalisation avec réduction à une seule voie pour franchir le joint
(Photo CdM 2RM 33) 
 
 
pales.jpg   
2ème phase: Mise en place d'une nouvelle signalisation en avant de l'atténuateur de choc
(Photo CdM 2RM 33)
  
 
VL-sur-voie-a.jpg
2ème phase: Une voie, un véhicule !
(Photo CdM 2RM 33) 
   
   
VL-sur-voie.jpg
2ème phase: Une voie, un véhicule !
(Photo CdM 2RM 33)
   
 
2ème phase: Vérification en vidéo ! Notez l'angle du 2RM...
(Photo CdM 2RM 33)
       
2ème phase: Vérification en vidéo ! Notez encore l'angle du 2RM...
(Photo CdM 2RM 33)
.

Partager cet article

Repost0
29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 00:26

 

 

              Comme il semble que ce soit un sujet très demandé, voici en quelques lignes un extrait de la nouvelle réglementation qui rappelle un précédent article de ce blog.

 

 

Equipements obligatoires:

 

- Le port d'un casque de type homologué, de gants adaptés à la pratique de la moto (soit possédant le marquage NF, CE ou EPI, soit renforcés et munis d'un dispositif de fermeture au poignet),

 

- Un blouson ou d'une veste manches longues munis pour les épreuves en circulation d'un dossard tel qu'il est défini par l'arrêté du 8 janvier 2001 relatif à l'exploitation des établissements d'enseignement, à titre onéreux, de la conduite des véhicules à moteurs et de la sécurité routière,

 

- Un pantalon ou une combinaison,

 

- Des bottes ou des chaussures montantes.

 

 

                 Ces effets sont obligatoires lors des épreuves hors et en circulation (les bottes en caoutchouc et les coupe-vents ne sont pas autorisés).

 

                 En cas de non-présentation d'un tel équipement avant le début des épreuves, l'examen ne peut avoir lieu.

 

                 De plus, le passager qui apporte sa participation au test de déplacement à allure réduite lors de l'épreuve hors circulation doit porter un équipement aux caractéristiques identiques.

 

 

                A lire:    Arrêté du 23 avril 2012 

 

 

 

.

Partager cet article

Repost0
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 23:17

 

 

Depuis peu, un portique a été implanté au dessus de la RN 89. 

 

 (cliquez pour le situer !).

 

 

 

Portique_controle_eco-taxe-fba77.jpg

Exemple de portique

 

 

De nombreux usagers s'inquiètent de voir ce dispositif qui pourrait bien être, selon la rumeur, un nouveau type de radar... Il n'en est rien, ou presque. Il s'agit d'un portique sur lequel sont fixés les détecteurs pour l'éco-taxe poids lourds.

 

 

Explication avec l'exemple de la DREAL Alsace:  cliquez ici ! 

 

 

 

.

Partager cet article

Repost0
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 20:12

 

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, annonce le report « sine die » de la verbalisation pour défaut d'éthylotest

En raison des difficultés de fiabilité et d'approvisionnement, Manuel Valls a annoncé le report de la verbalisation pour non détention d'un éthylotest dans un véhicule terrestre à moteur afin de permettre au Conseil national de la sécurité routière d'évaluer l'efficacité de cette mesure.

 

(extrait de: "Les actualités de la Sécurité routière" en date du 24 janvier 2013).

 

 

.

Partager cet article

Repost0
23 janvier 2013 3 23 /01 /janvier /2013 17:50

 

 

                  Il est fréquent de rappeler que les obstacles ne traversent jamais la route. Et lors d'une perte de trajectoire, ce n'est jamais l'arbre ou le panneau qui coupe brutalement la route aux usagers que nous sommes...

 

                  La photo ci-dessous, vous prouve le contraire !...

 

                 De jour et face au panneau, il y a peu de chance de le percuter. Par contre, arrivant par l'arrière du panneau et surtout de nuit avec les éclairages des voitures, le risque est nettement plus important. D'autant une bonne rafale de vent pourrait le mettre à terre et là...

 

                  Aussi, le CdM 2RM (Monsieur Moto 33), tente de faire supprimer ce danger par le service ou l'entreprise compétente.

 

                  Localisation de ce danger: cliquez ici !

 

 

 

face-panneau.jpg

Vue de face (Photo CdM 2RM 33)

 

 

 

 

arriere panneau

Vue arrière (Photo CdM 2RM 33)

 

 

  Information de dernière minute:

 

                         Le gestionnaire de la voie concernée a déplacé le panneau dans un endroit plus sécuritaire et tout autant visible par les usagers.

                       Merci donc aux Services techniques de la ville de Libourne qui sont intervenus sur ces travaux dont ils ne sont peut-être pas à l'origine. 

 

 

.

 

.

Partager cet article

Repost0